Afrique du Sud #3 – Immersion dans les quartiers de Soweto

Dimanche soir arrive à grands pas, et comme prévu je vous prévois un moment d’évasion en Afrique du Sud avant d’attaquer une nouvelle semaine. J’espère vous avoir déjà fait voyager à bord de la jeep qui m’a accompagnée en safari avec mes 2 articles précédents.

Il y a tout juste 1 mois nous nous envolions direction l’Afrique du Sud et je n’avais qu’une idée en tête voir les animaux d’Afrique. Choses imaginées, choses faites.

Oui mais voilà, l’Afrique à également un autre visage,… ,et j’ai longtemps hésité à écrire cet article qui ne vous fera certainement pas “voyager” avec rêves et envie pour le côté exotisme et évasion. Et en même temps cette Afrique là, existe aussi et en vraie…

 

 

Nous quittons notre hôtel Lodge, avec des souvenirs pleins la tête, les zèbres et leurs rayures tellement parfaites, cette girafe, si proche de nous qui joue à la “starlette” juste pour nous faire plaisir, cette étendue de nature sauvage, et avant de reprendre un vol interne direction Le Cap, nous partons découvrir les quartiers de la ville de Soweto.

 

 

Soweto, est réputée pour ses bidonvilles “Township” d’Afrique du Sud, proche de la ville de Johannesburg. Le gouvernement, dans les années 1930, avec les lois de l’apartheid, à séparé la communauté noire présente à Johannesburg des quartiers blancs. Soweto est donc devenue la plus grande ville de population noire d’Afrique du Sud. Nous longeons ces bidonvilles, composés essentiellement d’anciennes maisons non électrifiées pour la plupart, certaines en taules, d’autre en briques. Je me sens plutôt mal à l’aise, la sensation de “voyeurisme” face à cette population vivant à l’autre bout du monde. Timidement, l’envie de capturer quelques images, je sors mon appareil photo. Quand le car qui nous transporte longe ces habitations, des enfants courent, nous sourient, nous font des grands coucou. Leurs yeux pétillent et leurs sourires me réchauffent le coeur.

Les images parlent d’elles même. Je n’ai volontairement pas publié certains clichés et pour le respect des habitants, leurs visages sont flous.

 

 

Nous poursuivons notre périple au sein de Soweto qui abrite un musée à la mémoire d’un enfant de 13 ans : Hector Pieterson. La guide qui nous accompagne nous raconte dans les moindres détails tout sur ce lieu si symbolique pour la communauté noire d’Afrique du sud. Pour information, ses parents ont décidé de changer son vrai nom, “Zolile Hector Pisto”, en Hector Pieterson afin de lui donner plus de chance de pouvoir intégrer les meilleures écoles. Mais le 16 juin 1976, il à été abattu lors d’une manifestation et un photographe qui se trouvait sur place à capturer l’instant où cet enfant, à côté de sa grande soeur, est porté par un jeune homme pour être sauvé. Cette image bouleversante, trône aujourd’hui sur ce lieu tragique. Environ 600 enfants ont été tués lors des fusillades en Afrique du Sud, durant la lutte de l’Afrique du sud Noire. Ce musée à été inauguré par Nelson Mandela en 1992.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

D’ailleurs, Nelson Mandela, ce grand homme, a séjourné un moment à Soweto, et sa maison est aujourd’hui un musée en mémoire de ses luttes pour les droits de l’homme. Il lutta ardemment contre la pauvreté ou le sida par exemple, mais je suis certaine que je ne vous apprends rien du tout.

 

Je n’ai pas visité ce musée, uniquement la façade et sur cette première photo, des écoliers africains, se rendent au “Mandela House”. La joie est visible sur leur visage.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dernières photos dans la rue du “Mandela House”pour immortaliser notre passage ici, avant de partir rejoindre notre avion à Johannesburg direction CapTown ! Cette journée haute en émotion, chargée d’histoire, et de symbole valait la peine d’être vécue.

 

Je vous donne Rdv la semaine prochaine pour la suite de mon escapade africaine.

Une bonne semaine

 

Suivre:
Partager:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *