A coeur ouvert… ne plus rien maîtriser…

Cet article, pourquoi aujourd’hui ? 
Peut-être parce que la dernière fois il neigeait, comme aujourd’hui…
Peut-être parce que ce mois de février ne compte pas 29 jours et qu’il n’y aura pas de “moiniversaire”… en souvenir de ce 29 décembre…
Peut-être parce que j’ai envie de passer à autre chose et juste oublier… 
Peut-être parce qu’il n’y a pas besoin de raison pour écrire !
Une confidence comme je n’ai encore jamais écrite, je n’ai pas besoin de réaction, j’ai juste envie d’écrire.

 

 

Il est presque 8h50, avec un peu d’avance sur notre pronostic départ, on se dit aux revoir avec toujours une pointe de tristesse sans le montrer. C’est notre côté pudique pour ne pas éclater en sanglots, parce que chez nous le terme « madeleine » est bien connu mais avec de la retenue. On commence à être habitué des « à bientôt » « à la prochaine fois » ! En étant à plus de 900 km de sa famille forcément on ne se voit pas tous les week end… alors quand les occasions se présentent on se retrouve, et Noël on ne pouvait pas y renoncer ! Même si ce séjour n’était pas comme je me l’imaginais, ça fait toujours du bien de retrouver les siens.

On admire les paysages enneigés qui défilent devant nos yeux. Les plaines immaculées de blanc, aucune trace sur la neige ! Un spectacle qui fait plaisir aux enfants et qui s’imaginent les glissades qu’ils auraient pu faire.
Comme à chaque fois quand nous prenons la route, la discussion avec mon Doudou tourne autour de l’entreprise qu’il dirige et dans laquelle je travaille également. Amélioration, organisation, planification, … tout y passe ! Même en vacances, nous ne le serons réellement jamais. Mais heureusement nous les planifions aussi nos vacances et ça commence aussi sur nos trajets en voiture. Les km défilent direction la maison et justement nous parlons de notre prochaine destination des vacances d’été.
Nous sommes sur l’autoroute, les garçons jouent tranquillement à la console, Selena s’est endormie pour sa sieste de la matinée.
Tout va bien et on se projète pour le reste de la journée : course pour remplir le frigo qui est desertique, rangement de la maison pour accueillir nos amis qui nous rendent visite le lendemain. On enchaine les festivités, pas de repos. On parle du nouvel an qui cette année se fera chez nous … et …
Il pleut, le pare brise devient opaque, on ne voit plus rien, on ralenti, le chauffage à fond, la vitre reprend de sa visibilité… une pluie verglaçante ! Phénomène étrange, surprenant, qui ne prévient pas…
Au loin un camping-car freine, nous ralentissons également puis plus rien. La voiture ne freine plus !
Ce flashback qui me trotte dans la tête depuis ce fameux 29 décembre, nous nous rapprochons de plus en plus de ce véhicule, mon mari me fait comprendre qu’il ne peut plus rien faire et que l’inévitable arrivera. Je me recroqueville sur moi-même mais tout en regardant la scène. Cette position fœtus veut tout dire, comme si j’ai besoin de me sentir en sécurité. Je crie, mon mari crie, les enfants crient et boom ! Tout se passe tellement si vite et en même temps que c’est long. La voiture a percutée ce camping car puis la rambarde de sécurité au milieu, les airbags éclatent avec une détonation qui raisonnent encore dans les oreilles, une odeur forte et de la poussière envahisse la voiture. Je crie encore, les enfants également et d’habitude la peur me fait fermer mes yeux mais pas cette fois-ci, j’ai tout vu, je les ai vus mes garçons avec la peur dans leurs yeux. Se sentir tellement inutile, attachée avec la ceinture de sécurité. Entendre mes 3 enfants pleurer par dessus mes pleurs à moi, c’est juste affreux. Cette fumée qui envahit la voiture. A ce moment je ne sais plus dans quel sens la voiture s’est arrêtée, ou est ce que nous nous trouvons. Et les secondes sont longues, interminables. Je ferme les yeux, comme si j’allais arrêter de respirer et je l’attends ce coup fatal…. je me dis que nous allons mourir. Ça paraît tellement bête cette impression d’attente. Et rien, rien ne se passe. On se regarde tous, je demande si tout le monde va bien, je remercie Dieu que nous ayons tous la vie sauve.
La voiture a heureusement fini son manège du côté de la voie de sécurité. Je ne réfléchi plus s’est mon instinct qui me dicte mes gestes. Je sors immédiatement de la voiture et mon seul but est de mettre mes enfants à l’abris d’une quelconque voiture qui risquerait de glisser sur nous. J’attrape le cosy pour le passer de l’autre côté de la barrière de sécurité où Selena me regarde les yeux interrogateurs, elle n’a rien compris et tant mieux. Les garçons pleurent sont en chaussettes mais on s’en fou, même si il neige, je les attrapent également pour les mettre de l’autre côté, avec l’aide de personnes inconnues qui ont été victimes elles aussi de ce carambolage. Et je n’arrête pas de pleurer avec les jambes qui tremblent, en leur disant : « ça va aller, ça va aller, on a rien eu ! » très crédible la mère !
Les heures qui suivent vont être longues pour rentrer à la maison. On a froid, on revoit les images, sans savoir qu’elles resteront présentes encore longtemps dans nos têtes. Mais la fin est belle, nous sommes encore là, sans voiture pour le moment, mais tous les 5 !
* * *
Cet épisode même s’il a eu lieu il y a 2 mois reste intact et quand nous reprenons la voiture sous la pluie avec les garçons, on ressent une appréhension, quand les warnings s’allument sur l’autoroute, le stress remonte…  Et pourtant on a l’impression qu’il n’a jamais eu lieu, aucun bobo, ne serait ce qu’une égratignure qui aurait pu nous le rappeler. Nous sommes rentrés chez nous sans vraiment en parler, ni avec la famille, ni avec les amis, c’était place à la fête pour accueillir cette nouvelle année 2018, avec un pincement au coeur mais bien obligé avec le sourire car la vie reprend son cours !
Suivre:
Partager:

2 Commentaires

  1. estelle MN
    1 mars 2018 / 11:27

    merci à dieu de vous avoir protégés !! ton écriture est belle car c’est ton coeur qui parle ,et parfois écrire ses émotions cela permet de les laisser partir …dire adieu à ce jour qui aurait put être un drame et dire bonjour à la vie ..que désormais on ne regardera plus de la mm façon ..on vous aime ..

    • Magali
      2 mars 2018 / 14:25

      Merci Estelle ❤️ Oui vive la vie comme tu dis ! Et il y en aura encore beaucoup de jolies choses ! Des gros bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *